Manifeste des compositeurs de musiques de films

♪ - FORUM PRO : Conseils et infos relatifs à l'exercice de l'activité de compositeur. (Juridique, administratif, commercial, ...) Contrats, licences, rémunération, votre statut, vos droits, ...  

Mod√©rateurs¬†: lafaucheuse, Laurent JUILLET, R2-D2, tchoyy, L¬Ķkas *, Grp. Mod√©rateur

Brice Erbland
Membre ‚ô™
Messages : 65
Enregistré le : 14/11/2010 13:20:04
Contact :

Manifeste des compositeurs de musiques de films

Messagepar Brice Erbland » 02/02/2015 17:57:00

Bonjour à tous!

Je partage cette AFP qui vient de para√ģtre.
Des opportunités à venir pour le Paris Scoring Orchestra ?




PARIS, 2 f√©v 2015 (AFP) - Les compositeurs de films ont appel√© lundi, dans un manifeste, √† "relocaliser" en France les enregistrements des musiques pour l'audiovisuel qui, pour des questions de co√Ľts, ont le plus souvent lieu en Europe de l'Est.

"C'est tout un pan de notre économie culturelle qui peu à peu s'est délocalisé année après année. Aujourd'hui, des milliers d'emplois ont été détruits dans la production et la post-production musicale pour l'image dans notre pays", souligne ce manifeste initié par l'Union des compositeurs de musiques de films (UCMF).

Il doit être officiellement rendu public ce mardi à l'occasion du Salon des lieux de tournage à Paris.

"Depuis 10 ou 15 ans, une tr√®s grande partie des enregistrements" de musiques pour le cin√©ma, la t√©l√©vision mais aussi les jeux vid√©o est "faite √† Prague, Sofia, Moscou, Skopje" o√Ļ "se sont ouverts des studios avec des orchestres pratiquant un dumping social √©norme", pr√©cise √† l'AFP Patrick Sigwalt, secr√©taire g√©n√©ral de l'UCMF.

"Un musicien y est pay√© cinq √† sept fois moins cher qu'en France. M√™me avec voyage et h√ītels, cela revient trois √† quatre fois moins cher d'aller enregistrer l√†-bas", poursuit-il.

Au-delà du constat, les compositeurs appellent à "trouver ensemble des solutions, car il en existe et nous le savons" dans ce manifeste co-signé par l'Orchestre national d'Ile-de-France, la commission du film d'Ile-de-France et le Syndicat national des auteurs et compositeurs (Snac).

Selon M. Sigwalt, il para√ģt notamment n√©cessaire d'am√©liorer la r√©activit√© des orchestres et des studios en disposant de lieux et de musiciens rapidement mobilisables, notamment pour r√©pondre aux demandes souvent urgentes de la t√©l√©vision.

De même, il souhaiterait que le fait d'enregistrer les musiques en France conditionne les aides aux productions audiovisuelles: "Aujourd'hui, ce n'est pas tout-à-fait le cas, il y a quelques pondérations mais c'est assez minime, cela n'incite pas les producteurs à rester sur le sol national".

L'UCMF compte parmi ses Membres nombre de compositeurs confirmés comme Jean-Claude Petit (son président), Vladimir Cosma, Bruno Coulais ou Francis Lai.

Vegasound
Membre ‚ô™‚ô™
Messages : 287
Enregistré le : 18/09/2012 13:52:52
Localisation : Nice / Paris

Messagepar Vegasound » 03/02/2015 08:15:07

Mouai.... perso la subvention publique j'y crois pas trop, d√©j√† que l'√©tat rogne de tous les c√īt√©s.

Je vois me vois mal expliquer "vous entendez ma jolie musique sous mix√©e r√©duite √† 8 secondes dans cette √©mission de TV r√©alit√© super naze, sur une chaine priv√©e ? h√© ben elle a √©t√© enregistr√©e avec l'argent de vos imp√īts"

Mais en revanche, la sacem et l'adami (directement concernées) pourraient ré-investir une partie de leurs bénéfices pour subventionner les initiatives de "made in france".

Et puis il faudrait d√©j√† commencer par encourager les productions √† enregistrer des instruments r√©els plut√īt que synth√©tiques, √ßa serait d√©j√† une √©tape !

Avatar de l’utilisateur
christophe Heral
Membre ‚ô™‚ô™‚ô™
Messages : 744
Enregistré le : 03/02/2012 22:24:22
Localisation : Montpellier
Contact :

Messagepar christophe Heral » 03/02/2015 10:21:26

oui, tout ceci est compliqué.
il n'est mentionné que des pays de l'est.
que penser des américains et non des moindres, qui viennent enregistrer à Londres avec le LSO à Abbey Road ?
c'est aussi de la délocalisation et ça dure depuis star wars. (84 de mémoire)
d'ailleurs, les orchestres americains ont montré leur irritation à voir la musique des films partir sur le continent européen.

c'est compliqué parce que le ratio mentionné n'est pas bon.
la musique enregistrée dans les pays de l'est ne coute pas 4 fois moins cher qu'en france.
un, parce qu'on enregistre plus de musique en france dans une session qu'à l'est.
deux, parce qu'on passe moins de temps à éditer la musique quand on fait trois prises au lieu de de douze.

pour avoir enregistré la musique de tintin et le secret de la licorne à paris (star pop orchestra à davout) et celle de rayman légends à skopje, je peux simplement dire que la difference à la fin n'est pas du simple au triple et encore moins au quadruple.

et puis, les instruments que possede n'importe quel musicien français, sont de bien meilleure facture que l'instrument qu'un musicien bulgare ou macédonien pourra se payer avec son salaire au rabais.
et cela s'entend à l'enregistrement.

mais il faut remonter à quelques années en arrière, avec des compositeurs français (tres connus) qui allaient enregistrer des musiques à prague ou à sophia, avec les producteurs qui payaient de grosses sommes d'argent avec des budgets établis en france.
j'ai vu ça quand j'étais jeune, dans les années 80.

les producteurs "musique" qui géraient les budgets se sont bien gavés à l'époque, et quand c'était les boites des compositeurs eux même (leur maison d'édition par ex) ceux ci faisaient un veritable jackpot !

oui, mais, il ne faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages, les producteurs ont depuis, integré dans leur budget, les couts réels de l'enregistrement des musiques.
Résultat, quand on veut enregistrer en france, on le fait avec des budgets assez bas.

il en va de m√™me aujourd'hui, o√Ļ certains prestataires sous traitent en chine des bruitages par ex.

c'est un abaissement du niveau de vie, mais qui n'est pas du uniquement qu'à la conjoncture.

on voit aussi appara√ģtre des syst√®mes de "tax shelter", des cr√©dits d'impots dont les producteurs peuvent beneficier si ils d√©pensent de l'argent dans les pays qui les proposent.
o√Ļ a √©t√© enregistr√©e la musique du dernier asterix √† votre avis ?

Membre de commissions (dispositif aide sacem, commission audiovisuelle ...) je peux vous dire que j'ai toujours privilégié une prod avec de l'enregistrement en france plutot qu'un mec qui produit dans son studio ou à pétaouchnock

il en va de même avec l'aide à la musique de court métrage du Cnc.

et je trouve cela normal.

empecher la délocalisation, je n'en sais rien, il s'agit de l'économie du monde, mais par contre aider les prods quand elles restent en france oui, et depuis toujours !

il y a quand même un paquet de faux cul qui jouent aux vierges effarouchées, signent des pétitions, mais dont on retrouve les noms dans les plannings des enregistrements de musique de film cinema ou télévision dans les pays de l'est.


mais reste aussi la position des instrumentistes français.
on écrit de la musique, qui n'a jamais été jouée, on n'est jamais certains qu'il ne va pas y avoir une maladresse harmonique (c'est rare) ou de copie (ça dépend du copiste ;-) ) il faut gérer l'écoute en cabine, il faut etre sur que le Pro Tools ne va pas planter, on est stressé par le temps, et il arrive que dans une session, les musiciens ne soient pas concentrés, qu'ils s'autorisent à faire des commentaires sur le match de la veille, qu'ils enlèvent leurs casques quand ils ne jouent pas, se lèvent pour aller boire un café juste avant une prise ...

en Angleterre, il y a une rigueur parfaite chez les instrumentistes.
ça bouge pas, ils restent concentrés, parfaitement disciplinés.

pour finir, il existe depuis quelques années, et peut etre même à l'initiative de FAME'S en Macedoine, des sessions partagées. (ils en font assez souvent)

on en trouve en france avec le star pop, le paris scoring orchestra, symphonifilm ...

je rajouterais aussi qu'on trouve des aides à l'enregistrement en france via la Spedidam, mais la seule prononciation de cette société peut faire fuir beaucoup de producteurs (ceci est un autre probleme)

il y a aussi des éditeurs qui prennent des parts dans la prod musicale en proposant de l'enregistrement, je pense par ex à eric Debègue à la rochelle.

n'hesitez pas à enregistrer avec des musiciens, penser que c'est un investissement, et pas seulement une dépense, et votre musique traversera le temps.
le heral ?
parce que je le vaurien

Avatar de l’utilisateur
YuHirà
Team ‚ô™ | Contrib.
Team ‚ô™ | Contrib.
Messages : 3500
Enregistré le : 25/06/2004 12:39:05
Contact :

Messagepar YuHir√† » 03/02/2015 12:09:03

Merci Christophe de t'être exprimé là dessus parce je pense que tu as quasiment tout dit! Je te rejoins complètement sur le fait que c'est compliqué :wink:

Pour ma part, il me semble parfaitement normal et souhaitable que les aides à la musique de film soient conditionnées à un enregistrement en France.

Ce que je trouve dommage néanmoins, c'est que ce manifeste se focalise sur les orchestres de l'Est alors que souvent, ceux qui souhaitent une relocalisation en France et regrettent ce dumping social (je me souviens d'un débat assez vif là dessus sur ce forum) ne voient pas d'objection au fait d'aller à Londres. Or c'est une délocalisation, et comme tu l'as souligné si justement Christophe, cette ville doit sa notoriété dans la musique de film parce que les américains ont décidé un jour de faire du dumping social.

Il faut donc être conscient que "relocaliser" signifie également se passer du LSO et Abbey Road :-)

Autre problème que l'on ne met jamais en avant alors qu'il pèse fortement dans la balance: délocaliser est une facilité juridique car il est plus simple d'obtenir une fois pour toutes l'intégralité des droits des artistes interprète. C'est beaucoup plus compliqué en France sur ce point: la législation est plus contraignante. A cet égard, je regrette fortement que la SPEDIDAM et l'ADAMI n'offrent pas dans ce domaine des séminaires de formation poussés pour les premiers concernés: les producteurs et les compositeurs. Je peux me tromper, mais il y a à mon sens une véritable réflexion à mener là dessus.

promain
Membre ‚ô™‚ô™
Messages : 398
Enregistré le : 06/01/2011 16:28:51

Messagepar promain » 03/02/2015 12:48:12

C'est vrai que c'est compliqué.

La rolls de l'est , je dirais que c'est le City OF Prague Philharmonic, qui est vraiment excellent ( voyez leur liste de crédits)
La prise de son est très bonne, le chef très bon , même les cuivres sont bons.
Tout cela avec un prix défiant toute concurrence par rapport à Paris.

Entre enregistrer 15 minutes en France ( et exploser son budget, ne plus avoir de quoi engager un mixeur, un synth programmer) et 40 minutes avec le city of prague, pouvoir faire mixer la musique par un pro, avoir même de quoi payer un graphiste pour faire la pochette du disque, et avoir du rab en plus à la fin... ;-)

Peut-on vraiment lutter?

Avatar de l’utilisateur
christophe Heral
Membre ‚ô™‚ô™‚ô™
Messages : 744
Enregistré le : 03/02/2012 22:24:22
Localisation : Montpellier
Contact :

Messagepar christophe Heral » 04/02/2015 16:57:22

YuHirà a écrit :
Pour ma part, il me semble parfaitement normal et souhaitable que les aides à la musique de film soient conditionnées à un enregistrement en France.

il peut y en avoir deux differentes,
une concernant l'écriture qui va directement au compositeur et l'autre à la production, et là, on ne peut déontologiquement n'aider que des productions françaises.
il faut regarder néanmoins, la faisabilité d'une discrimination par rapport aux lois européennes.

YuHirà a écrit :Ce que je trouve dommage néanmoins, c'est que ce manifeste se focalise sur les orchestres de l'Est alors que souvent, ceux qui souhaitent une relocalisation en France et regrettent ce dumping social (je me souviens d'un débat assez vif là dessus sur ce forum) ne voient pas d'objection au fait d'aller à Londres.

le truc c'est quand même que tu auras à Londres (abbey road ou air studio) une qualité que tu n'as pas en france (au niveau du studio, mais aussi des musiciens)
ceux qui signent ce manifeste vont aussi à l'est ;-)
le heral ?

parce que je le vaurien

Avatar de l’utilisateur
christophe Heral
Membre ‚ô™‚ô™‚ô™
Messages : 744
Enregistré le : 03/02/2012 22:24:22
Localisation : Montpellier
Contact :

Messagepar christophe Heral » 04/02/2015 17:02:37

promain a écrit :
Entre enregistrer 15 minutes en France ( et exploser son budget, ne plus avoir de quoi engager un mixeur, un synth programmer) et 40 minutes avec le city of prague, pouvoir faire mixer la musique par un pro, avoir même de quoi payer un graphiste pour faire la pochette du disque, et avoir du rab en plus à la fin... ;-)

Romain, tu pourrais développer plus précisement ?
le heral ?

parce que je le vaurien

promain
Membre ‚ô™‚ô™
Messages : 398
Enregistré le : 06/01/2011 16:28:51

Messagepar promain » 04/02/2015 17:39:14

christophe Heral a écrit :
promain a écrit :
Entre enregistrer 15 minutes en France ( et exploser son budget, ne plus avoir de quoi engager un mixeur, un synth programmer) et 40 minutes avec le city of prague, pouvoir faire mixer la musique par un pro, avoir même de quoi payer un graphiste pour faire la pochette du disque, et avoir du rab en plus à la fin... ;-)

Romain, tu pourrais développer plus précisement ?



Et bien, les budgets sont ce qu'ils sont ( c'est à dire souvent faible ), est-ce mieux d'enregistrer en France et ne pouvoir faire qu'une séance, donc avoir 10 à 15 minutes enregistrées de la BO , et faire le reste en virtuel , ou avec le même budget pouvoir enregistrer intégralement la BO à Prague ?
Le choix est vite fait...

Sinon on enregistre en France avec moins d'instruments, c'est une solution. Mais ça dépend du film :)

Avatar de l’utilisateur
YuHirà
Team ‚ô™ | Contrib.
Team ‚ô™ | Contrib.
Messages : 3500
Enregistré le : 25/06/2004 12:39:05
Contact :

Messagepar YuHir√† » 04/02/2015 17:44:59

une concernant l'écriture qui va directement au compositeur et l'autre à la production, et là, on ne peut déontologiquement n'aider que des productions françaises.
il faut regarder néanmoins, la faisabilité d'une discrimination par rapport aux lois européennes.


C'est effectivement un souci. Le principe d'exception culturelle se heurte forc√©ment aux principes de libre circulation (libert√© de circulation des capitaux, des marchandises, des personnes, des prestations de service), qui sont les 4 libert√©s fondamentales garanties par l'UE (les remettre en cause revient quelque peu √† remettre en cause l'UE). La possibilit√© d'enregistrer √† l'Est est une cons√©quence directe des raisons qui ont motiv√© la construction de l'Europe. Cette derni√®re encourage m√™me indirectement le dumping social ou fiscal en pr√©f√©rant dans ce domaine une harmonisation progressive par la concurrence plut√īt que par une r√©glementation (par exemple, si j'ai bien compris, on escompte ainsi qu'√† terme, les taux de TVA finissent par s'harmoniser naturellement).

Cela pèse dans la balance.

Peut-on par exemple briser le monopole national des société de gestion (SRPD) sur le territoire de l'UE tout en conditionnant les aides attribuées par celles-ci à l'enregistrement sur le territoire national? On pourrait considérer cela comme paradoxal.

NB: ce n'est pas une position de ma part, c'est une simple réflexion :-)

le truc c'est quand même que tu auras à Londres (abbey road ou air studio) une qualité que tu n'as pas en france (au niveau du studio, mais aussi des musiciens)
ceux qui signent ce manifeste vont aussi à l'est Wink


Oui tout à fait. Ce que je veux dire, c'est qu'une relocalisation ne peut pas être sélective, elle est forcément intégrale. On peut ne pas regretter les orchestres de l'Est (bien que je partage évidemment la position de Romain là dessus), mais on regrettera forcément Londres. J'imagine que pour de nombreux projets, les aides à la musique de film étaient nécessaires pour finaliser le budget d'un enregistrement à Abbey Road ou Air Studios, non? Cela ne deviendra-t-il pas du coup plus difficile?

Bref, comme tu dis, ce n'est pas simple :-)

Avatar de l’utilisateur
christophe Heral
Membre ‚ô™‚ô™‚ô™
Messages : 744
Enregistré le : 03/02/2012 22:24:22
Localisation : Montpellier
Contact :

Messagepar christophe Heral » 04/02/2015 18:56:41

promain a écrit :
christophe Heral a écrit :
promain a écrit :
Entre enregistrer 15 minutes en France ( et exploser son budget, ne plus avoir de quoi engager un mixeur, un synth programmer) et 40 minutes avec le city of prague, pouvoir faire mixer la musique par un pro, avoir même de quoi payer un graphiste pour faire la pochette du disque, et avoir du rab en plus à la fin... ;-)

Romain, tu pourrais développer plus précisement ?



Et bien, les budgets sont ce qu'ils sont ( c'est à dire souvent faible ), est-ce mieux d'enregistrer en France et ne pouvoir faire qu'une séance, donc avoir 10 à 15 minutes enregistrées de la BO , et faire le reste en virtuel , ou avec le même budget pouvoir enregistrer intégralement la BO à Prague ?
Le choix est vite fait...

Sinon on enregistre en France avec moins d'instruments, c'est une solution. Mais ça dépend du film :)


quand je te disais "plus précisement", c'etait parce que tu nous dis peu ou prou, que Prague coute 4 x moins cher que le Star pop à Davout, effectif identique.
ce qui est une difference énorme.
je pensais que les "vieux orchestres" de l'est avaient augmenté leurs tarifs.
4x moins cher, c'est plut√īt les nouveaux venus comme la macedoine, non ?

tu as un exemple de grille de tarif de l'orchestre de Prague, puisque tu as l'air de bien les connaitre ?

et encore une fois, il y a des sessions partagées qui peuvent apporter une réponse économique.

Il y a peut être des propositions qui vont venir de l'action culturelle de la sacem ...
le heral ?

parce que je le vaurien


Retourner vers ¬ę¬†Juridique, administratif, commercial, etc.¬†¬Ľ

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 20 invités