♪ - FORUM PRO : Conseils et infos relatifs à l'exercice de l'activité de compositeur. (Juridique, administratif, commercial, ...) Contrats, licences, rémunération, votre statut, vos droits, ...  
Répondre
   - rbantigny -
Membre ♪
Messages : 3
Enregistré le : 14/12/2021 19:44:57
Localisation : Rennes
Compositeur pro depuis : 14 nov. 2021
Contact :

    Comprendre les contrats avec les librairies musicales

Message  { par rbantigny

Bonjour,

Je m’adresse aux compositeurs qui travaillent avec des librairies musicales, j'ai composé un album instrumental pour démarcher des librairies, j’aurais besoin d’aide pour mieux comprendre les détails des contrats qu’on me propose:

Mes questions :

1. Pour la cession des droits d’exploitation : la perpétuité est-elle la norme ? Les clauses de rétraction sont-elles possibles, par exemple si une librairie ne génère aucun placement après xxx années? (j’ai cru comprendre que non)

2. Pour les droits de synchronisation= la répartition 50/50 est-elle la norme ?

3. Je ne comprends pas bien la cession des droits dits « Master » : il s’agit pour la librairie d’acquérir les droits phonographiques de mon album et d’en devenir donc propriétaire? Est-ce que je peux être rémunéré pour cela (c’est-à-dire demander un prix d’achat pour mon album ou demander par exemple une avance sur les droits de synchro?)

4. Globalement, ma dernière question, plus générale, concerne la pertinence des librairies en tant que source de revenus en 2021. La composition de l'album m'a pris pas mal de temps et j’ai l’impression de jouer un peu une partie de poker où le risque est grand de perdre définitivement la propriété de l'album au profit d'une librairie qui n'en fera peut-être rien... Le jeu en vaut-il la chandelle (j’imagine que ça dépend de plein de facteurs : qualité des tracks, genre, notoriété de la libraire...)?

Un grand merci d’avance pour vos réponses. 
          - Compositeur .org -       Forum des Compositeurs : Musique et Composition
Avatar du membre
   - YuHirà -
☆ Team ♪ | Contrib.
☆ Team ♪ | Contrib.
Messages : 3587
Enregistré le : 25/06/2004 12:39:05
Contact :

    Re: Comprendre les contrats avec les librairies musicales

Message  { par YuHirà

1. Pour la cession des droits d’exploitation : la perpétuité est-elle la norme ? Les clauses de rétraction sont-elles possibles, par exemple si une librairie ne génère aucun placement après xxx années? (j’ai cru comprendre que non)
Il n'est pas possible juridiquement de céder des droits pour la perpétuité en France. Le maximum, c'est pour la durée de la propriété intellectuelle (soit 70 ans après la mort).

L'usage a pu admettre qu'au bout de 5 ans, si la librairie n'a généré aucun placement, elle peut te rétrocéder les titres concernés. Le "Code des usages et des bonnes pratiques de l’édition des œuvres musicales" de la CSDEM le consacre en page 4. L'exploitation permanente et suivie est une obligation légale de l'éditeur, prévue par le CPI. Donc si cette exploitation n'existe pas, cela remet en cause de facto le contrat d'édition. Mais il faut tout de même suivre une certaine procédure afin que l'éditeur soit en mesure de se défendre. Le Code des usages en propose une sur cette page 4.

Quoiqu'il en soit, il est rarissime en librairie qu'il n'y ait aucune exploitation pendant 5 ans. Tu auras au moins quelques placements épars, quoique très peu rémunérateurs.

Nota bene: le "Code des usages et des bonnes pratiques de l'édition des oeuvres musicales" n'est pas un code à proprement parler et n'a donc pas valeur de loi. Mais comme il constitue un accord collectif entre les différents acteurs de l'industrie, l'auteur peut s'en prévaloir auprès de son éditeur, surtout s'il a signé l'accord.
2. Pour les droits de synchronisation= la répartition 50/50 est-elle la norme ?
Pas nécessairement. Mais si tu as un tel partage, c'est une bonne chose. Dans mes contrats, je n'ai souvent que 20% pour le droit de synchronisation proprement dit. En revanche, comme tout le monde, j'ai 50% sur les DRM et droits phonos et 66 % sur les DEP, puisque pour les DRM et DEP ce partage est statutaire à la s a c e m.
3. Je ne comprends pas bien la cession des droits dits « Master » : il s’agit pour la librairie d’acquérir les droits phonographiques de mon album et d’en devenir donc propriétaire? Est-ce que je peux être rémunéré pour cela (c’est-à-dire demander un prix d’achat pour mon album ou demander par exemple une avance sur les droits de synchro?)
Cela permet en effet à l'éditeur d'avoir une licence ou la propriété du Master (les deux sont possibles). Tu cèdes donc ainsi tes droits voisins: droits d'artistes interprètes et droit de producteur de phonogramme (puisqu'a priori tu es producteur). Tu peux évidemment demander une rémunération forfaitaire pour cette cession, c'est juste une question de négociation. Bien entendu, si ton éditeur enregistre et mixe intégralement le master, ce n'est même pas la peine de demander quoique ce soit: il sera le propriétaire du master de toute manière.

Quoiqu'il en soit, si tu cèdes ton master, tu recevras en échange une rémunération proportionnelle sous forme de royautés dites "master" pendant toute la durée d'exploitation. 
          - Compositeur .org -       Forum des Compositeurs : Musique et Composition
   - rbantigny -
Membre ♪
Messages : 3
Enregistré le : 14/12/2021 19:44:57
Localisation : Rennes
Compositeur pro depuis : 14 nov. 2021
Contact :

    Re: Comprendre les contrats avec les librairies musicales

Message  { par rbantigny

C'est super clair, exactement ce dont j'avais besoin, merci beaucoup! 
          - Compositeur .org -       Forum des Compositeurs : Musique et Composition
Avatar du membre
   - YuHirà -
☆ Team ♪ | Contrib.
☆ Team ♪ | Contrib.
Messages : 3587
Enregistré le : 25/06/2004 12:39:05
Contact :

    Re: Comprendre les contrats avec les librairies musicales

Message  { par YuHirà

4. Globalement, ma dernière question, plus générale, concerne la pertinence des librairies en tant que source de revenus en 2021. La composition de l'album m'a pris pas mal de temps et j’ai l’impression de jouer un peu une partie de poker où le risque est grand de perdre définitivement la propriété de l'album au profit d'une librairie qui n'en fera peut-être rien... Le jeu en vaut-il la chandelle (j’imagine que ça dépend de plein de facteurs : qualité des tracks, genre, notoriété de la libraire...)?
Tu ne sauras jamais à l'avance si ton album va marcher, même lorsque ton album a fait l'objet d'une commande (mais s'il y a commande, c'est qu'en général il y a une demande en amont). Il faut savoir se défaire d'un album et prendre des risques, c'est la base même du métier. C'est plus dur au début mais avec le temps, comme on est plus productif, ça devient plus simple: sur une même année, on va prendre des risques sur un album, et moins sur un autre afin de compenser les éventuelles pertes.

Comme tu l'as bien compris, la qualité des pistes, le genre, la notoriété de librairie jouent beaucoup. Il y a des genres qui marchent quasiment à tous les coups. Et d'autant plus si tu fais des pistes de qualité, le challenge étant bien entendu dans le fait qu'un bon morceau tout court n'est pas nécessairement un bon morceau de librairie.

Quant au choix de la librairie, j'ai tendance à penser qu'il vaut mieux travailler avec une librairie qui est distribuée par une grande major (Universal, BMG, EMI, etc...). A défaut, avec une librairie qui est reconnue et implantée depuis longtemps dans le métier.

MAIS, et c'est important, il y a d'autres critères à prendre en compte. Certaines librairies aujourd'hui ne prennent plus de compositeurs du tout, certaines, bien identifiées des connaisseurs, exigent des exclusivités qui t'empêchent de travailler avec d'autres librairies. Les librairies n'ont qu'à se baisser pour trouver des compositeurs, donc les places sont très chères.

Parfois il faut faire le pari d'une librairie naissante et être patient.

A mon sens, la grande erreur des compositeurs qui souhaitent faire de la librairie est de n'y voir qu'un placement financier. C'est une erreur à mon sens. C'est un domaine où le facteur artistique et humain sont extrêmement importants. La patience aussi. Il faut beaucoup d'implication, ce qui passe aussi par le fait de regarder de temps en temps les émissions de flux de la télévision par exemple.

NB: ne m'en voulez pas, mais après réflexion, j'ai édité considérablement ce post. Même si les informations données étaient probablement utiles, je crois qu'elles étaient un peu trop HS. 
          - Compositeur .org -       Forum des Compositeurs : Musique et Composition
   - rbantigny -
Membre ♪
Messages : 3
Enregistré le : 14/12/2021 19:44:57
Localisation : Rennes
Compositeur pro depuis : 14 nov. 2021
Contact :

    Re: Comprendre les contrats avec les librairies musicales

Message  { par rbantigny

Merci pour ce témoignage (j'ai apprécié aussi la première version de ton poste, c'est important d'avoir des exemples biographiques, ça permet de se motiver et de voir les écueils à éviter !). J'ai sans doute passé un peu trop de temps sur ce premier album, c'est pourquoi je suis assez frileux par rapport aux premières offres, mais comme tu disais avec de la persistance, je produirai plus vite et mieux, ce qui me permettra d'accepter plus facilement des prises de risques. C'est un projet de marathonien, qui demande une méthode, de la régularité et comme tu le rappelles une sorte de "flair" par rapport aux besoins des chaines. 
          - Compositeur .org -       Forum des Compositeurs : Musique et Composition
Avatar du membre
   - Laurent JUILLET -
☆ Team ♪ | Modérateur
☆ Team ♪ | Modérateur
Messages : 3522
Enregistré le : 23/07/2005 11:10:22
Localisation : Ile de France
Compositeur pro depuis : 01 mars 1999
Contact :

    Re: Comprendre les contrats avec les librairies musicales

Message  { par Laurent JUILLET

YuHirà a écrit : ↑15/12/2021 13:55:49 Le "Code des usages et des bonnes pratiques de l’édition des œuvres musicales" de la CSDEM le consacre en page 4.
Le code des usages a été signé entre les organisations professionnelles d'auteurs et d'éditeurs, il n'émane donc pas uniquement de la CSDEM.

Il devrait être étendu dans la loi sous peu, nous espérons son arrêté d'extension pour le début d'année prochaine. 
          - Compositeur .org -       Forum des Compositeurs : Musique et Composition
   - promain -
Membre ♪♪
Messages : 431
Enregistré le : 06/01/2011 16:28:51

    Re: Comprendre les contrats avec les librairies musicales

Message  { par promain

4. Globalement, ma dernière question, plus générale, concerne la pertinence des librairies en tant que source de revenus en 2021. La composition de l'album m'a pris pas mal de temps et j’ai l’impression de jouer un peu une partie de poker où le risque est grand de perdre définitivement la propriété de l'album au profit d'une librairie qui n'en fera peut-être rien... Le jeu en vaut-il la chandelle (j’imagine que ça dépend de plein de facteurs : qualité des tracks, genre, notoriété de la libraire...)?

Hello

Il y a actuellement un amoncellement de morceaux et d'albums qui sortent chaque mois chez tout un tas d'éditeurs, français mais également internationaux. Cela a toujours été plus ou moins le cas, mais en terme de quantité et de qualité ça a fait un bond depuis 5 ans.
C'est juste "gigantesque.
Il y a 10 ans, la qualité globale des albums était bien en dessous par rapport à ce qui se fait aujourd'hui.

Il était donc plus facile de sortir du lot, en proposant des musiques mieux programmées et mixées que ce qui se faisait. Plus facile d'intégrer tout un tas d'émissions qui sont encore diffusées aujourd'hui, soit rediffusées, soit de nouvelles saisons qui utilisent encore des morceaux d'avant.

Aussi, il était plus facile pour une librairie d'aller voir des monteurs, de se lier d'amitié avec eux et de leur proposer des playlists. Il y avait finalement peu de librairies sur le marché comparativement.

Aujourd'hui, les monteurs sont limite harcelés par toutes les librairies, c'est très compliqué.
(je tiens ça d'un superviseur dans une major)

Un album qui sort aujourd'hui a beaucoup moins d'impact. Sa durée de vie est plus faible.
Bien sûr, il reste toujours des exceptions... :D

Je sais que tu ne t'attendais pas forcément à lire ce genre de réponses, mais il faut que tu t'attendes à une chose, c'est que ça va être difficile :D

Ne t'arrête pas à cet album, propose-le à des éditeurs, laisse le vivre sa vie et continue de créer, de produire. Ne pas forcément produire en masse, juste produire des albums pour le fun, et le reste devrait suivre.

Mais objectivement, je ne vois pas comment en commençant en 2022 on peut esperer vivre décemment de la librairie musicale.
Je pense qu'il faut avoir plusieurs cartes à jouer. Musique originale en plus de la librairie, musique pour le jeu vidéo, etc... 
          - Compositeur .org -       Forum des Compositeurs : Musique et Composition
   - Vegasound -
Membre ♪♪
Messages : 370
Enregistré le : 18/09/2012 13:52:52
Localisation : Nice / Paris

    Re: Comprendre les contrats avec les librairies musicales

Message  { par Vegasound

Comme dit Romain les choses ont certainement beaucoup changé en dix ans.

Ce qui est sûr, c'est qu'en dehors de certaines situations exceptionnelles où un seul titre peut rapporter une jolie somme grâce à un placement intéressant, il ne faut pas espérer gagner des mille et des cents avant d'avoir une bonne centaine de titres dans une librairie sérieuse. Pour ma part c'est le constat que je fais :) 
          - Compositeur .org -       Forum des Compositeurs : Musique et Composition
   - Nestown -
Membre ♪
Messages : 1
Enregistré le : 29/05/2020 17:03:46
Compositeur pro depuis : 01 janv. 2013

    Re: Comprendre les contrats avec les librairies musicales

Message  { par Nestown

Hello,

Je confirme ( si necessaire :) ) ce que dit Promain.
De plus Il arrive égalament que des albums ne rapportent rien pendant des années et soudain se mettent a generer des revenues c'est un des avantages de se metier, rien n'est jamais perdu :).
A titre perso les choses qui rapportent le plus sont les jingles tv / generiques d'emissions.. De très loin.. 
          - Compositeur .org -       Forum des Compositeurs : Musique et Composition
Répondre