Quintes et octaves parallèles

♪ - Ce forum regroupe toutes les questions élémentaires que l'on se pose quand on débute, et est donc un concentré d'informations utiles pour tout débutant.

Modérateurs : lafaucheuse, Laurent JUILLET, R2-D2, tchoyy, Lµkas *, Grp. Modérateur

Avatar de l’utilisateur
Nicholas
Team ♪ | News
Team ♪ | News
Messages : 1297
Enregistré le : 14/02/2007 14:17:36
Localisation : Idf
Contact :

Messagepar Nicholas » 01/03/2010 21:01:48

Basil Poledouris ? Love him.

Avatar de l’utilisateur
mathieu
Membre ♪♪♪♪
Messages : 1088
Enregistré le : 20/04/2006 20:39:16
Localisation : Saint Maur des Fossés
Contact :

Messagepar mathieu » 01/03/2010 21:21:55

Nicholas a écrit :J'utilise les quintes et octaves parallèles dès que je peux - une vraie libération après des années d'éducation classique stricte.


Ah bon? C'est amusant, parce que c'est un truc que mes profs ont vite laissé de côté (une fois passée la période consacrée à l'étude des traités d'harmonie), pour se consacrer uniquement à la musique lorsqu'on abordait l'étude des styles . Un peu comme le tuteur qu'on abandonne une fois que la plante a poussé.

Nicholas a écrit :Pense à "Owner of a Lonely Heart" de Yes, ou encore l'ouverture de "Money for Nothing" de Dire Straits. Hans Zimmer nous livre une orgie d'octaves parallèles dans "Angels & Demons".

A consommer sans modération - sauf si on essai de passer un examen, ou passer pour un compositeur classique.


Et sauf si on n'a pas envie de composer des musiques qui ressemblent aux exemples que tu cites. :D

Avatar de l’utilisateur
Hicks
Membre ♪♪♪
Messages : 566
Enregistré le : 08/12/2009 14:40:20
Localisation : Paris

Messagepar Hicks » 02/03/2010 07:44:24

J'avoue que je préfère bien connaître les règles classiques afin de m'en détacher quand je veux.
Sylvain a mentionné Ravel. J'avoue en entendre aussi chez Debussy (la Mer). Et ça fonctionne.
Je trouve que ça marche bien en rock (je suis guitariste aussi et des power chords j'en ai fait un paquet 8) ) mais c'est vrai que ce sont des rythmiques plus que des mélodies.
Par contre, ça sonne horrible dans la BO du SdA ou dans Gladiator, enfin je trouve.

Avatar de l’utilisateur
Olivier Calmel
Membre ♪♪♪♪♪
Messages : 2187
Enregistré le : 19/09/2007 10:40:57
Localisation : Paris
Contact :

Messagepar Olivier Calmel » 02/03/2010 09:47:34

On est compositeur classique quand n'on écrit pas de quintes parallèles ?
Et quand on Ă©vite les octaves par mouvements directs on est compositeur post-romantique ? :? :lol:
Et quand on se casse le f... À écrire du contrepoint (spéciale dédicace aux forumeurs 8)) on est quoi ? post-baroqueux ?

On trouve effectivement des quintes chez Debussy, Ravel, Stravinsky, Strauss, Wagner et d'autres (chez Bach je demande à voir par contre Sylvain, tu peux préciser ou ? Si ce sont des np ça ne compte pô ..)
Force est de constater qu'il est de nombreux cas ou les quintes parallèles ne sonnent pas.

Les compositeurs sus-cités avaient une conscience aiguë de leur art.
Pour 'transgresser' une 'règle' émise par des siècles de pratique a posteriori (car il s'agit bien de cela et de rien d'autre, personne ne s'est levé un jour le matin en se disant : tiens je vais faire un traité d'harmonie pour faire suer le monde..) il vaut mieux d'abord la comprendre et faire ses choix en connaissance de cause, enfin c'est ce que je crois :roll:
Et surtout ne pas se faire une 'règle' de transgresser les 'règles', ça n'a pour moi aucun sens.

./.
[ absence définitive ]
[ absence définitive ]
Messages : 3898
Enregistré le : 04/10/2008 01:55:52

Messagepar ./. » 02/03/2010 10:40:19

Je me souviens avoir joué un continuo au théorbe sur un motet de Schütz (brillant élève de Montverdi), ou il y avait des quintes "frappées" entre la basse et le soprano, pas moyen d'y échapper. Par contre le madrigalisme était omniprésent, ceci explique peut être celà ;)
Malheureusement j'ai oublié de quel motet il s'agissait, tant pis.
Un peu avant (SchĂĽtz) vers 1620/1630 Kapsberger dans un de ses recueils de tablature publia ceci:
http://www.youtube.com/watch?v=-GaWz9sm5HA
Le premier blues de l'histoire! 8)
Le Colascione est un instrument vénitien de cette époque un peu dérivé (pour ceusses ki connaissent) du tambûr ottoman (ou turc), la première guitare basse en quelque sorte, dans le lien il est joué au théorbe qui est déjà un instrument au registre grââve.

Oui chez Bach dans certains chorals de la collection violette chez breitkopf que beaucoup de gens ont épluché ici on trouve des quintes réelles (à ma connaissance pas frappées mais réelles le plus souvent entre la basse et l'alto noyées au profit d'un mouvement mélodique), pas de quoi se taper le cul par terre, juste des exemples de "licences poétiques musicales possible à l'usage des apprenants"
Il y en a aussi parait-il dans certains préludes du CBT, d'après une conversation avec T Machuel, mais je ne les connais pas et lui connait très bien le CBT.
Chez Mozart je n'en ai jamais vu ni entendu ce qui ne veut pas dire que ...
Je me permets de conclure en avançant que cette conversation est intéressante mais stérile:
En effet les étudiants ont des devoirs à faire, dans un cadre avec règles./

Le devoir d'un compositeur n'est pas de rendre un traité de grammaire harmonique, ni de construire son contrepoint d'après les modèles sur CF de Bitsch et Gallon, mais il faut bien apprendre quelque part. Libre à chacun de devenir un calamar desséché ou de prendre l'air mais si ce n'est pas en minimum d'un connaissance de cause, sa poétique musicale risque de ressembler à musicalement du "moi Zartan toi Jane moi nager dans... (le reste sera aimablement censuré par la gentille modération de ce site)"
Le devoir du compositeur disais je donc, est d'émerveiller son auditoire (au sens littéral et étymologique du terme), et donc de communiquer avec lui, comme le poète il a le devoir de connaitre les règles et de les transgresser si nécessaire, jamais gratuitement, d'éveiller notre imaginaire et stimuler notre intelligence

Post scriptum certains esprits me feront valoir qe c'est bien joli mais Django Reinardt ne savait pas tout ça, effectivement , c'est vrai mais sans doute était il génialement doué avant d'être analphabète, un peu comme Obama qui était noir avant d'être président....
chut dit la mouette

Avatar de l’utilisateur
Olivier Calmel
Membre ♪♪♪♪♪
Messages : 2187
Enregistré le : 19/09/2007 10:40:57
Localisation : Paris
Contact :

Messagepar Olivier Calmel » 02/03/2010 10:46:24

./. a écrit :Oui chez Bach dans certains chorals de la collection violette chez breitkopf que beaucoup de gens ont épluché ici on trouve des quintes réelles (à ma connaissance pas frappées mais réelles le plus souvent entre la basse et l'alto noyées au profit d'un mouvement mélodique),

Si il s'agit de quintes parallèles entre parties autres que extrêmes dont l'une des deux voies procède par mouvement conjoint, elles sont parfaitement 'autorisées' dans les traités de contrepoint, tu le sais comme moi :), et donc par entérinées précisément par l'expérience.
Pour avoir jouer un nombre certains de choral de Bach je ne trouve pas trace de quintes parallèles réelles. Il m'a semblé en avoir vue une un jour dans le clavecin bien trempé mais je ne la retrouve pas...

./.
[ absence définitive ]
[ absence définitive ]
Messages : 3898
Enregistré le : 04/10/2008 01:55:52

Messagepar ./. » 02/03/2010 10:51:29

Non parallèle pas latitude ni longitude, parallèles
chut dit la mouette

rpaillot
[ absence définitive ]
[ absence définitive ]
Messages : 103
Enregistré le : 23/11/2009 00:06:07

Messagepar rpaillot » 02/03/2010 11:30:51

Concernant les octaves parallèles , est-ce interdit en harmonie classique ?

Par exemple une mélodie jouée par 3 cors , doublée à l'octave en dessous par 3 autres cors... ?

Avatar de l’utilisateur
Olivier Calmel
Membre ♪♪♪♪♪
Messages : 2187
Enregistré le : 19/09/2007 10:40:57
Localisation : Paris
Contact :

Messagepar Olivier Calmel » 02/03/2010 11:36:48

Ta question porte sur l'harmonie, et l'exemple que tu donnes Ă©voques une question d'orchestration, c'est Ă  dire pour l'essentiel d'assigner des rĂ´les Ă  des groupes -et non d'assigner des lignes Ă  des timbres.
Une mélodie jouée par des cors doublés à l'octave ça fonctionne évidemment dans certains répertoires, historiquement à partir des romantiques. Mais ce n'est pas une question d'harmonie ou de contrepoint.
En général on aborde l'harmonie sur la base de 4 voix égales.
Si dans la disposition de tes 4 voix il t'arrive d'avoir une réalisation qui comporte des quintes parallèles, en général ça s'entend, et la plupart du temps ça ne sonne pas très bien.

Avatar de l’utilisateur
Tauphe
Membre ♪♪♪
Messages : 799
Enregistré le : 10/08/2007 16:06:55
Localisation : Belgique
Contact :

Messagepar Tauphe » 03/03/2010 11:01:32

olivier a Ă©crit:

dans la disposition de tes 4 voix il t'arrive d'avoir une réalisation qui comporte des quintes parallèles, en général ça s'entend, et la plupart du temps ça ne sonne pas très bien.


En fait je crois que tu viens de dégager la vraie règle sous jacente à toutes les règles. si "il t'arrive " d'obtenir "quelque chose qui ne sonnes pas très bien". il faut juste se poser la question du controle: quel est ton rapport au controle et à la maitrise des paramètres ? enfin je crois que c'est ça qui compte.


Retourner vers « Aide aux débutants »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 15 invités